Site officiel de la commune de Prayols

Donation à l’abbaye St Volusien de Foix de domaines à « Praiols » par le comte Roger de Carcassonne et sa femme Aladays en 987 (« Chroniques Romanes » de Esquerrier et Bibl. Nat, MS, coll. Doat, T1, P. 85)

Dans le « Rôle des Feux du Comté de Foix », en 1390, Prayols comptait 22 feux (ce qui donnerait selon la règle de Voltaire 99 habitants) et possédait l’un des 59 moulins du Pays de Foix

En 1401, le seigneur en est Esquieu de Mirepoix et relevait du consulat et de la châtellenie de Foix  

Ancien consulat de Foix :
Amplaing, Arabaux, Baulou, Bénac, Brassac, Burret, Cadarcet, Cos, Ferrières, Foix, Ganac, L’Herm, Loubens, Loubières, Montoulieu, Pradières, Prayols, St Jean de Verges, Saint Martin de Caralp, St Pierre de Rivière, Serres, Soula, Vernajoul Inondations dans la nuit du 23 au 24 mai 1839
Cimetière déplacé en 1864 (se trouvait à proximité de l’église)
Eglise reconstruite à partir de 1869
En avril 1886, Prayols comporte 101 maisons, 101 ménages pour 412 habitants
Fontaine intermittente au centre du village
Mines de quartz pour la préparation de l’acier aux usines de Crampagna  

Hameaux au début du XXéme siècle : Pech, Lassale, la Citadelle, les Fages, Courtallet, Cumminges, Mesclé 2 instituteurs  

Au lendemain de la prise de la ville de Foix, une colonne allemande est stoppée à Prayols, le 20 août 1944  

Récit par Robert Fareng en 1946 :

(Alerté du passage d’un convoi allemand qui s’était formé à Tarascon, un groupe de guérilleros espagnols sous le commandement de Pédro Abascal dit « Madrilès » et un détachement FTP commandé par Jean Sannac prennent position à la sortie sud de Prayols)

« Les FFI, armés d’une mitrailleuse et d’un FM s’installent dans la carrière qui se trouve à la sortie du village de Prayols. Le détachement espagnol possède 2 FM et un mortier de 60. Quant aux hommes, ils prennent position sur les pentes.  

A 10 heures, un camion arrive. A la jumelle, alors qu’il est loin, on voit qu’il porte une vingtaine de soldats Allemands. L’ordre est donné de le laisser avancer. Alors qu’il est à 8OO m et comme il ralentissait, le mitrailleur français (Tony) ouvre le feu, imité par les autres armes automatiques. Tués ou blessés, les Allemands tombent et le camion échoue dans un champ. Aucune riposte, le feu cesse. A la tête d’un groupe, Metz attaque et fait 7 prisonniers valides. Le chauffeur, un français contraint, a le bras gauche arraché. Les prisonniers donnent des précisions sur le convoi qui suit à une demi-heure. Les morts et les blessés sont évacués, le matériel emporté et à nouveau l’embuscade est tendue avec l’appoint d’un nouveau groupe qui vient se placer dans les champs, à gauche avec les Espagnols. Pendant ce temps, les paysans apportent aux combattants du vin, du lait, des fruits.  

A 11 heures, le gros du convoi allemand « une dizaine de camions » se présente à l’horizon (voitures et cars) ; En tête, un side-car est placé en patrouilleur. A 1 Km 500, il stoppe brusquement provoquant l’arrêt du convoi. Le 1er camion intercepté et qui est resté dans le fossé a dû être aperçu. Les occupants des véhicules de tête sautent à terre : les maquisards tirent. Surpris, les Allemands qui sont des douaniers et non des soldats essayent de se cacher dans les fossés. C’est le début d’un carnage. Les derniers camions tentent d’échapper et la mitrailleuse se doit d’allonger le tir. Les Allemands ripostent.  

2 FTP, chef de groupe « Cambrone » (Jean Bousquet d’Ax) et l’agent de liaison « Henri », 17 ans, se détachent, approchent en rampant et les arrosent de grenades. Enfin, une attaque générale à la mitraillette a lieu ; Seuls quelques Allemands restent encore et la plupart des hommes valides se constituent prisonniers. Sur 200 hommes qui constituaient le convoi, il en reste à peine 120.

Quelques uns réussissent à s’enfuir à Tarascon. Ils sont capturés par les Patriotes de la ville ;

Un guérillero espagnol, José Redondo « Cuadrado », ancien du maquis de Savoie, est tué.

Butin : véhicules de toutes sortes, armes, munitions et ravitaillement (jambons, vin, liqueurs…) »